Sélectionner une page
C’est avec tristesse et regret que nous avons assisté à l’arrêt de la centrale nucléaire du site de Fessenheim, qui s’est éteinte dans la nuit du 1er juillet dernier après 42 ans de bons et loyaux services.
Les deux unités de production de Fessenheim avaient été mises en service en 1978 (palier CP0) et faisaient à l’époque figure de véritables pionniers de la technologie française REP (Réacteurs à Eau Pressurisée). Le gouvernement Macron/Philippe a tiré un trait définitif sur tant de savoir-faire, d’emplois et de tissu industriel local, sans aucun plan précis et crédible de production d’énergie pour remplacer cette perte (1 800 mégawatts cumulés de puissance installée !).
Rappelons que nous possédons également dans la Drôme 4 tranches de 900 mégawatts sur le site de Tricastin à Saint-Paul-Trois-Châteaux. Leur technologie est très proche de celle de Fessenheim (palier CP1 à Tricastin). C’est également le cas de notre voisine l’Ardèche sur le site de Cruas.
Le CNPE de Tricastin a été mis en service en 1980, soit deux ans seulement après celui de Fessenheim. Si Tricastin devait s’éteindre, ce sont des milliers d’emplois directs et indirects qui seraient menacés et une bonne partie du savoir-faire français lié aux activités du cycle du combustible et de fluoration de l’uranium. En effet, c’est un véritable tissu industriel que ce site abrite (Comurhex, CEA, Orano, Socatri, etc.) !
Et pourtant, la volonté politique de rayer de la carte le CNPE de Tricastin est bien réelle. Des rassemblements, notamment des pseudo-écologistes, ont régulièrement lieu pour réclamer l’arrêt des réacteurs. Et ce sans proposer le début du commencement de l’embryon d’une alternative énergétique crédible (manque à gagner de 3 600 mégawatts de puissance installée !).
Le RN de la Drôme réaffirme avec force et conviction son soutien à tous les travailleurs de la filière nucléaire. Nous soutiendrons l’activité du site.
Marine Le Pen était la seule candidate à l’élection présidentielle, avec M. Dupont-Aignan, à avoir explicitement soutenu la filière française de l’atome.
Pour mémoire :
Notre vice-président Jordan Bardella avait quant à lui fait le déplacement dans la commune de Fessenheim pour développer nos propositions en matière d’énergie et d’environnement en compagnie de l’eurodéputé Hervé Juvin :