Sélectionner une page

Faut-il en rire ou en pleurer ? Génération.S, le parti de Benoît Hamon, s’est vu notifier de la part du crédit coopératif un refus catégorique de financement de la campagne des européennes à hauteur de 400 k€

https://www.huffingtonpost.fr/entry/les-conditions-surprenantes-exigee-par-cette-banque-pour-accorder-un-pret-a-generation_fr_5c9cafeae4b08c450cd217a3

L’homme du revenu universel d’existence pour la bagatelle de 350 à 400 milliards d’euros par an, selon l’institut Montaigne – soit le PIB de la Norvège , d’Israël ou encore de l’Ukraine – ne parviendra donc pas à réunir le millionième de la susdite somme.

Mais là où cela devient intéressant ce sont les critères pour le moins drastiques évoqués par l’établissement bancaire :
Présenter trois sondages consécutifs à 7% d’intention de vote, soit plus de 2 fois le seuil de remboursement des frais de campagne par l’état !

Oh certes, les déboires de nos adversaires politiques prêtent à sourire, mais ce qui pourrait apparaître comme une simple mésaventure met en perspective un problème plus aigu : celui de l’impossibilité pour les petites, moyennes ou simplement nouvelles formations politiques de se financer et de jouer pleinement leur rôle d’acteur de l’écosystème politique français.

Résumons : Ne seraient autorisés à avoir accès aux prêts bancaires à hauteur de 400.000 € que les formations politiques avoisinant ou dépassant les 7% d’intention de vote dans 3 sondages consécutifs. Cela tombe bien, nous avons en France un parti qui tutoie les 21/22% depuis de nombreux mois, voire de nombreuses années.

Mesdames et messieurs du crédit coopératifs, Est-ce à dire qu’avec nos 21/22% soit le triple du seuil exigé nous aurions droit à un prêt de 3×400 k€ soit 1,2 millions d’euros ?
Mieux : Si ce n’est pas 3, ni 4, ni 5 mais bien une soixantaine de sondages tous instituts confondus qui nous placent à plus de 20% aurions nous donc droit à 20 fois la somme réclamée par M. Hamon ?

Actuellement seules 4 ou 5 forces politiques réalisent l’exploit de dépasser le seuil fatidique des 7%, dont la République en Marche qu’on imagine assez mal se voir refuser un prêt de la banque Rotschild par exemple.

Rappellons que le RN a soutenu bec et ongles la création d’une banque de la démocratie, projet balayé d’un revers de main par l’actuel gouvernement https://www.huffingtonpost.fr/2018/07/16/banque-de-la-democratie-le-gouvernement-enterre-le-projet-et-inflige-un-revers-a-francois-bayrou_a_23483049/

Cette exclusion de facto des petites et/ou nouvelles formations du jeu politique français, n’est pas un signe de bonne santé de notre démocratie tant vantée par la majorité.