Sélectionner une page

Quelle est donc la personnalité politique française qui a le mieux saisi l’importance des enjeux liés aux nanotechnologies, aux biotechnologies, et à l’intelligence artificielle ?

Si l’on se fie à un spécialiste du domaine, l’entrepreneur Laurent Alexandre, c’est incontestablement Marine Le Pen.


Dans un article publié dans le journal l’Express (éditions du 16 Avril 2019, voir encadré ci-dessous) qui est très loin d’être l’organe de presse du RN, cet universitaire de 60 ans, docteur en médecine et spécialiste du transhumanisme qui n’est pas non plus franchement un sympathisant FN, admet avoir été frappé lors de sa conversation avec la présidente du Rassemblement National, par la conscience des enjeux et la richesse de la pensée de cette dernière concernant les nouvelles technologies en général et l’intelligence artificielle en particulier.

https://www.lexpress.fr/actualite/politique/marine-le-pen-et-l-intelligence-artificielle_2072604.html

Cela est en fin de compte logique, l’IA est désormais capable « d’apprendre » de créer et d’inventer par elle-même des solutions innovantes à des problèmes complexes. L’humain n’intervenant qu’en début de processus, pour « expliquer » à la machine les objectifs, le périmètres et les limites techniques d’un problème. Notamment via les algorithmes de « deep Learning »

Pour les profanes, voici un lien qui explique très bien les bases de l’intelligence artificielle :

L’intérêt de Marine Le Pen pour ces technologies est au fond logique : les électeurs du RN appartenant aux catégories socio-professionnelles les plus menacées par l’avènement de l’IA dans de nombreux domaines tels que la médecine, l’industrie, l’artisanat, etc.