Sélectionner une page

Le trois fois meurtrier de la Drôme s’appelle Fissenou S… dans les médias. « S » pour Sako, nom typique de la région de Beauvais. Il a été arrêté après avoir été débarqué du TGV à Valence, pour un comportement violent. Mais d’après la Gendarmerie, il n’avait pas eu un comportement dangereux. Une chance. Pourtant, pour virer un passager du TGV, il en faut, même s’il n’a pas payé son billet, et même s’il sort de Fresnes. Mais le déséquilibré ne l’est pas autant qu’il en a l’air : il demande lui-même à être examiné en psychiatrie, justement. Vous savez quoi ? ça marche ! Son état est jugé incompatible avec la garde-à-vue et on passe la patate chaude à l’hôpital. Et que pensez-vous qu’il advint ? Le déséquilibré quitte l’hôpital, en quelque sorte libéré sur parole mais sans rien dire. A ce stade, on peut déjà se poser des questions. Si Fissenou n’est pas responsable de ses violences, qui est responsable qu’un tel malade se retrouve en pleine nature ?

La conséquence de tant de négligence, c’est la mort violente de trois innocents. Ils n’auraient pas dû mourir ce soir du 25 décembre, puisque le meurtrier aurait dû, lui, se trouver en garde-à-vue ! Et cet individu qu’on disait non dangereux, dans la suite de son périple agresse plusieurs autres citoyens qui ont eu la malchance de se trouver sur sa route, dont une femme qu’il agresse à coups de pierre sur la tête. Sorte de lapidation sur le parking d’une grande surface.

Mais il connaît la combine, le déséquilibré. Il est à nouveau conduit en psychiatrie. La même justice qui l’avait jugé inapte à la garde-à-vue désigne deux psychiatres pour décider si Fissenou Sako est responsable pénalement ou non. On peut parier sur le diagnostic. Il est donc tiré d’affaires, il n’y a plus qu’à attendre qu’il se tire encore de l’hôpital psychiatrique. La justice va faire son boulot, la loi va passer. En attendant, à Chabeuil et à Montvendre on allume des bougies. Espérons qu’il n’y en aura pas d’autres à allumer à cause de cet allumé. BS.