Sélectionner une page

Richard Fritz
Conseiller Régional Auvergne Rhône-Alpes
A

Monsieur le Préfet de la Drôme
Valence, le 31 décembre 2016

 

Monsieur le Préfet,

A la lecture du Dauphiné Libéré d’aujourd’hui, j’apprends, comme une grande partie des Valentinois, que vous avez réquisitionné un gymnase dans notre ville pour héberger une trentaine d’Albanais en situation irrégulière.

Une fois de plus, le Diaconat protestant se trouve en première ligne à vos côtés comme à Allex, pour privilégier des étrangers alors que des Français, eux aussi, souffrent du froid et de la misère, sans aucune considération des pouvoirs publics.

En ma qualité d’élu, je suis très curieux de trouver, auprès de vous, représentant de l’Etat, une réponse à deux questions.

1°/ Au nom de quelle humanité, des Français sont-ils considérés comme des citoyens de seconde zone après des étrangers ? l’Etat français n’a-t-il plus comme premier devoir de défendre prioritairement ses concitoyens ?

2°/ En quoi avoir un rendez-vous programmé auprès du GUDA (Guichet unique d’accueil des demandeurs d’asile), pour des ressortissants d’un pays où il n’y a aucune guerre, rend-il leur présence en France légale ?

Je m’interroge sur les « problèmes personnels » qui pourraient être en cause selon les déclarations, en anglais (sic) d’une jeune Albanaise de 13 ans, qui ne cache pas « Nous sommes venus chercher une meilleure vie » !

Les citoyens Français dans le besoin passent-ils désormais après les étrangers pour bénéficier d’une « meilleure vie » ?

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, mes salutations patriotiques.
Richard Fritz
Copie à Monsieur le Maire de Valence et à Monsieur Thibaut Carage, journaliste du Dauphiné Libéré rédacteur de l’article.