Sélectionner une page

C’est vrai, ils n’étaient pas aussi nombreux qu’on l’aurait souhaité, ils étaient cinq ou six. Mais quand bien même il n’y en aurait eu qu’un seul, le pari de donner un peu à un de nos compatriotes oubliés aurait été gagné. Oubliés par le pouvoir et les bobos, qui préfèrent s’émouvoir du sort des illégaux à qui on donne pourtant tout : soins, toit, nourriture, iphone, etc… Nous nous devions de faire quelque chose pour les Français abandonnés, et nous l’avons fait. Il faudra recommencer. BS