Communiqué de Marine Le Pen, présidente du Rassemblement National

Alors même que la crise sanitaire n’est pas terminée et que les premiers bilans, nécessairement partiels, montrent les errements et les manquements de l’exécutif, le gouvernement dépose un projet de loi pour graver dans le marbre de la loi des mesures jusque-là exceptionnelles. Il va même plus loin, en particulier sur la vaccination.

Le président de la République avait pourtant solennellement assuré une liberté de choix pour les Français. De façon sournoise, ce texte envisage non pas de rendre la vaccination obligatoire, mais d’empêcher toute vie sociale aux personnes qui ne le seraient pas. Cette mesure d’essence totalitaire, soulignant la défiance des élites du système envers le peuple français, sera combattue lors du débat parlementaire par Marine Le Pen.

Elle renouvelle sa confiance dans le bon sens du peuple français qui saura choisir en conscience s’il souhaite se faire vacciner. Elle appelle tous les Français attachés aux libertés à s’opposer à ce texte. Tout comme dans le domaine sécuritaire où le gouvernement n’a pas, malgré ses attaques contre les libertés, assuré la sécurité des Français, il est à craindre que dans le domaine sanitaire, cette mesure liberticide ne garantira nullement la santé de nos compatriotes.

Il est toujours risqué de faire le bilan d’un quinquennat avant la fin de son échéance, mais il apparaît une nouvelle fois que le recul des libertés restera comme un marqueur du mandat d’Emmanuel Macron.